Passer au contenu

Logo

(CSQ)

POLITIQUE SUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

LES 100 000 « CRINQUÉS » DE LA CSQ SOUHAITENT DES GESTES CONCRETS


Québec, le 21 juin 2017. – La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) et ses fédérations du réseau scolaire accueillent positivement la Politique sur la réussite éducative dévoilée ce matin par le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, mais souhaitent que des gestes concrets soient posés à court terme. Cette politique contient des objectifs audacieux pour la réussite des élèves et une vision qui semble refléter une volonté de pérennité.

« Nous saluons le dévoilement d’aujourd’hui puisque nous attendions la politique depuis longtemps. Nous devons reconnaître que le ministre Proulx a pu mener à terme la première étape de cette démarche. La vision donnée à la politique, soit d'agir tôt et en continuum, de la petite enfance à l’université, rejoint l’une de nos grandes préoccupations et son souci exprimé d’aider les plus vulnérables de notre société est également un pas dans la bonne direction », déclare la présidente de la CSQ, Louise Chabot.

Des actions concrètes attendues

La CSQ reconnaît le travail important accompli à ce jour, mais rappelle que le ministre devra poursuivre en posant des actions cohérentes pour le concrétiser à court, moyen et long terme, puisque le milieu de l’éducation, sous pression depuis de nombreuses années, en a grandement besoin : « Après des années de mesures d’austérité qui ont fait très mal, la politique doit s’accompagner des ressources permettant de renverser la vapeur. Pour obtenir les résultats escomptés, le gouvernement devra consentir les moyens nécessaires, à la hauteur des ambitions. Nous jugerons donc l’arbre à ses fruits. De plus, les orientations présentées aujourd’hui ne doivent pas être éphémères, cela ne doit pas être de la poudre aux yeux à l’approche des élections », prévient Louise Chabot.

Un gage de succès pour l’égalité des chances

La présidente insiste également pour rappeler qu’afin d’améliorer la réussite éducative, il faut aussi agir sur les conditions de vie des élèves, c’est une condition incontournable pour favoriser l’égalité des chances. Pour ce faire, la politique doit être soutenue par des mesures sociales qui mettront l’accent sur la lutte à la pauvreté, ce qui nécessitera une collaboration interministérielle.

Le personnel fait partie de la solution

Enfin, la présidente de la CSQ réitère qu’il est primordial que le personnel de l’éducation soit mis au jeu pour la suite et soit partie prenante des grands chantiers qui seront mis en place. « La réussite éducative est une priorité pour la CSQ. Nos plus de 100 000 "crinqués" de l’éducation comptent participer activement à la mise en place des solutions. Ce sont eux qui sont sur le terrain au quotidien pour contribuer à la réussite des élèves, ils ont donc beaucoup à offrir », conclut la présidente de la CSQ.

Profil de la CSQ et de ses fédérations du réseau scolaire

La CSQ est l’organisation syndicale la plus importante en éducation et en petite enfance. Elle représente plus de 200 000 membres, dont près de 100 000 font partie du personnel de l’éducation. De ce nombre, plus de 65 000 membres sont représentés par la Fédération des syndicats de l'enseignement (FSE-CSQ), 27 000 membres sont représentés par la Fédération du personnel de soutien scolaire (FPSS-CSQ) et 7 200 membres sont représentés par la Fédération des professionnelles et professionnels de l'éducation du Québec (FPPE-CSQ).

– 30 –

Renseignements

Marie-Eve Imonti, attachée de presse, CSQ